MAÏMOUNA TRAORE, DIRECTRICE FONDATRICE DU GROUPE NYELENI: UNE PROFESSIONNELLE ENGAGEE ET A CHEVAL SUR LES VALEURS DU METIER

Citoyenne engagée, Maïmouna Traoré est une consœur qui a mené un combat sans relâche pour la promotion des droits de la Malienne à travers «NYELENI Magazine». Une publication qui traite de la Femme, de l’Environnement et du Développement. Elle est donc incontestablement une dame de cœur et de conviction qui a fait ses preuves dans la presse privée des années 90, fer de lance de la démocratisation au Mali avec le journal “AURORE”. Zoom sur une brave professionnelle de la presse qui doit être une référence pour toutes les générations de journalistes.

Née en 1957 à Bamako, Maïmouna Traoré est la pionnière de la presse écrite privée au Mali depuis les années 1990. C’est une dame aux fortes convictions.Fondatrice et Directrice de la Publication de «NYELENI Magazine». Elle est la première Malienne à avoir embrassé la presse écrite privée juste après l’obtention de son diplôme «Master of Art in Journalism» (DEA/Diplôme d’Etudes Approfondies) en 1988 à la faculté internationale de journalisme de l’Université d’Etat de la Biélorussie (Ex Union soviétique).

«J’étais une fille très curieuse qui aimait beaucoup lire. Je lisais des livres, des romans que je racontais à mes copines de quartier. J’avais envie de connaître et de partager. J’aime le contact avec les gens», nous raconte-t-elle pour expliquer sa passion du journalisme. «Au fil des ans, j’ai vu que ce que j’aimais ne pouvait se concrétiser qu’à travers le journalisme. Dans ce métier de service, où nous sommes au service de la communauté. Malgré nos programmations, on ne sait jamais ce qui va se passer demain et on est toujours surpris par l’information du jour», ajoute-t-elle.

Après les études en ex-Union soviétique, cette passion du journalisme va d’abord la conduire à l’ORTM où elle effectue un stage de 1988 à 1989. Et c’est en fin 1989 que, avec deux autres jeunes diplômés que sont Sadou Abdoulaye Yattara et le regretté Chouaïdou Traoré (tous soutenus par un avocat chevronné et un autre monsieur très amoureux de la presse), qu’elle crée le journal hebdomadaire d’information générale «AURORE», qui était au départ un bimensuel. Un organe qui, après Les Echos, deviendra le deuxième journal privé du Mali, mais le premier crée par de jeunes diplômés. A noter que le troisième journal était «La Roue» qui renaissait quelques mois après de ses cendres.

Le choix de la presse écrite n’est pas non plus fortuit.«Après la formation de base, l’un de mes professeurs avait trouvé que j’avais une voix très radiophonique et que j’avais un débit en reportage. Je reportais vite ce que je voyais lors des exercices. Ainsi je me suis retrouvée en audiovisuelle», rappelle cette parfaite polyglotte qui parle un peu l’arabe tchadien, moyennement l’anglais et couramment le bambara, le français et le russe.

Mais, poursuit-elle, «j’étais toujours passionnée par l’écriture et mes copines se demandaient pourquoi je ne suis pas allée dans la section presse écrite. Sur le terrain, j’ai eu à travailler pour les deux médias (Radio et Journal), mais finalement c’est la presse écrite qui est devenue mon chouchou. Comme vous le savez, la parole s’envole, l’écriture reste».

Une journaliste engagée depuis ses débuts

Co-fondatrice, elle est nommée rédactrice en chef adjointe, puis Directrice déléguée de Aurore. Non satisfaite de la couverture des activités liées aux femmes et à leur promotion, elle crée en 1992 «NYELENI Magazine» pour mieux défendre leurs droits et valoriser leur travail qui contribue quotidiennement au développement de ce pays.

«Le choix du titre n’est pas fortuit, Niéléni est tiré du patrimoine bamanan. C’est une brave femme qui est considérée comme la championne des travaux champêtres. En donnant ce titre au magazine, c’est une façon de montrer que la femme malienne se bat depuis longtemps. En mettant exprès un Y à la place du I, c’était une façon de faire la différence entre le prénom habituel et le magazine. Mais finalement, c’est Nyeleni (avec Y) qui est devenu la meilleure orthographe. Nous sommes donc fiers d’avoir introduit une orthographe précise», explique la doyenne pour justifier le choix du titre.

Parallèlement à ses fonctions dans ces deux organes, elle travaillait à mi-temps comme journaliste à World Vision International à Bamako, de 1995-1996. Elle fût aussi correspondante de presse du système francophone d’information agricole (SYFIA) au Mali et au Tchad de 1996 à 2002. C’est en fin 1996, qu’elle a rejoint son mari au Tchad où elle a travaillé dans le journal «Observateur» comme coordinatrice de la rédaction de 1997 à 1998, Secrétaire de rédaction et présentatrice du journal parlé à la Radio «FM Liberté». Dans le même pays, Maïmouna fut aussi assistante du président de l’Association «Jeunesse anti clivage».

En 2005, cette Nyeleni réputée pour sa conscience professionnelle a commencé une brillante carrière dans le système des Nations Unies. Et cela d’abord comme chargée de communication d’un projet phare du PNUD à Bujumbura (Burundi), le Programme d’appui à la Réintégration, Réinsertion et Réhabilitation des Sinistrés et Lutte contre la Pauvreté (PRRRSLP) jusqu’en fin 2007.

En 2008, elle est retournée au Burundi, dans le cadre de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies, précisément au Bureau Intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB). Elle y était chargée de l’information publique, spécialement dans le renforcement des capacités des journalistes. Quatre ans après, dans le cadre de la même mission, elle est envoyée en République Démocratique du Congo (RDC), dans la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO). Et toujours comme chargée de l’information publique. Là, elle fera trois villes, Kinshasa (la capitale), Matadi dans le Kongo central, et Goma à l’Est du pays.

De nouvelles flèches à son arc

Après avoir pris sa retraite aux Nations Unies, Maïmouna Traoré est revenue à ses anciennes amours et continue de faire la promotion et la défense des droits de la Femme à travers «NYELENI Magazine» qui a aussi son site web (www.nyelenimagazine.org) et ce, depuis 2014.

Et cette pionnière très engagée continue toujours d’apprendre. Ainsi, de 2017 à 2018, elle a fait des études sur le Genre et obtenu un Certificat d’études avancées en Genre et Développement de l’Institut des Hautes Etudes internationales et du Développement de Genève, en Suisse.

Maïmouna Traoré a participé à plusieurs autres formations professionnelles un peu partout dans le monde. Mariée à un Ophtalmologiste tchadien (Dr Dézoumbé) et mère de six filles (dont 3 adoptives), cette dévouée Nyeleni de la presse concilie aisément vies professionnelle et sociale.

Même si pour elle être femme de médias n’est pas sans handicaps. «Il y a des gens qui essayent souvent de profiter du fait qu’ils sont en face d’une femme pour tenter de la draguer. Cela peut-être un homme qu’on interviewe ou un chef dans l’organe où elle travaille», déplore Mme Dézoumbé. Et de poursuivre, «il y en a qui trouvent que ce n’est pas un travail pour une femme. Une fois mariée, quand elle n’a pas un mari et des beaux parents compréhensifs, ça se complique, surtout quand il faut travailler tard dans la nuit».

Sans compter que «quand viennent les enfants, les choses se compliquent encore plus. Difficile de se concentrer sur sa carrière avec tout ce qu’on doit gérer en dehors du travail…», précise-t-elle avec l’expérience de la pratique. Contourner ces obstacles dépend, selon Maïmouna, de «l’éducation reçue. Certaines tombent dans les pièges tendus. Il faut savoir être ferme, montrer que l’important c’est le travail. Pour la famille, il faut beaucoup d’acrobaties, trouver soi-même des solutions de rechange».

Et la Nyeleni est convaincue que les femmes peuvent avoir aussi beaucoup d’atouts dans cette profession. «Je trouve que les atouts peuvent être, entre autres, le fait qu’une femme est plus sensible aux problèmes de société et sait de nature gentiment tirer les vers du nez de ses interlocuteurs comme on dit», confesse-t-elle.

Quid de l’avenir de la presse au Mali ! «Avec la nouvelle génération qui bénéficie des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, la presse a un bel avenir. A condition bien sûr que les jeunes mettent du sérieux dans ce qu’ils font ; qu’ils fassent plus de recherches en ayant le flair journalistique», croit Maïmouna Traoré, directrice fondatrice du groupe Nyeleni.

Et, conclut-elle, il faut se garder de tomber dans ce qu’on appelle «le journalisme moutonnier». Conseil de sage d’une professionnelle humble, mais à cheval sur l’éthique et la déontologie !

Moussa Bolly

Article publié dans « Le Matin » du 8 Mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *