DR NAJIM OURA DIALLO, Directrice Régionale de la Santé de Koulikoro

Dr NAJIM Oura DIALLO, est Médecin de Santé Publique et Directrice Régionale de la Santé de Koulikoro depuis janvier 2017. Nous l’avons rencontré pour vous. Interview.

NYELENI Magazine : En cette fin d’année si on vous disait de faire un bilan des activités de la Direction que direz-vous ?

Dr Najim Oura Diallo : Le bilan des activités de la direction régionale de la santé en 2017 est positif car nous avons pu, malgré les difficultés de mobilisation des ressources nécessaires à la mise en œuvre de nos principales missions, atteindre nos principaux objectifs.

NYELENI Magazine : Quelles sont les grandes difficultés rencontrées  dans votre fonction?

Dr Najim Oura Diallo : La Direction Régionale de la Santé a pu répondre à toutes ses missions à savoir : l’appui conseil aux districts sanitaires, le suivi et la supervision des structures de soins de la région et la coordination des activités de santé dans la région de Koulikoro. Depuis ma prise de service, j’ai pu visiter l’ensemble des districts sanitaires de la région y compris Nara qui est quand même une zone d’insécurité. Indépendamment, nous avons bénéficié de l’accompagnement de Monsieur le Ministre de la Santé qui a visité la quasi-totalité de la région accompagné d’une forte délégation.

Les indicateurs de santé sont dans des proportions très acceptables (La prévention de la maladie à travers la vaccination, la santé de la mère et de l’enfant, la surveillance et la lutte contre les grandes endémies : paludisme, VIH et Tuberculose, l’Hygiène assainissement et la promotion de la santé dans la communauté). Pour ce faire, nous disposons à ce jour de 658 sites ASC (Agents de Santé Communautaires) ; 214 Centres de Santé Communautaires fonctionnels, 10 Centres de Santé de Référence et d’un hôpital de 3ème référence à Kati. Dans la région, il faut noter également la présence massive des prestataires privés.  Dans les perspectives, nous fondons beaucoup d’espoir sur les grandes reformes en cours dans la santé, la construction d’un hôpital de 3ème ou 4ème référence à Koulikoro, la construction des CSRéf de Banamba, Kati et de la direction, l’achèvement des travaux de construction du CSRéf de Kolokani et la réhabilitation du CSRéf de Ouelessebougou. 

NYELENI Magazine : Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Dr Najim Oura Diallo : Les grandes difficultés sont de 3 ordres : L’insuffisance des ressources humaines : à tous les niveaux ; de la Direction Régionale aux structures de soins (CSCom et CSRéf) ; Ressources matérielles et logistiques : bâtiments vétustes ou insuffisants, équipements techniques vétustes ou incomplets, logistiques en termes d’insuffisance de véhicules de supervision et de motos pour les activités de terrain ; L’insuffisance de ressources financières avec des difficultés de mobilisation auprès de tous les acteurs du financement : Etat, Partenaires techniques, communautés et Collectivités : On a l’habitude de dire que la santé n’a pas de prix mais elle a un coût qui doit être supporté par tous.

NYELENI Magazine : Comment conciliez-vous le foyer et la Direction ?

Dr Najim Oura Diallo : Permettez moi à ce sujet de témoigner toute ma reconnaissance à l’égard de mon époux (qui est magistrat) dont l’appui et la compréhension ont permis mon épanouissement professionnel. Tout est question d’ organisation et d’entente car depuis une dizaine d’années : quand je suis au Nord du pays lui il est au Sud ou au centre et cette année quand je viens vers le centre (Région de Koulikoro) lui il est appelé à Mopti pour d’autres fonctions ……mais rassurez-vous notre foyer n’est nullement perturbé grâce à Dieu et au bon sens de mon mari, je suis une bonne femme de ménage et une bonne mère car je veille rigoureusement sur l’éducation de mes enfants malgré le poids de la responsabilité et les multiples occupations et cela me donne assez de joie.

NYELENI Magazine : Comment se porte Koulikoro au niveau vaccinal.

Dr Najim Oura Diallo : Les indicateurs de la vaccination sont acceptables avec l’atteinte des objectifs pour la plupart des indicateurs. A ajouter à cela une situation épidémiologique calme pour toute la région en 2017 (absence d’épidémie). Les quelques cas notifiés de maladies sous surveillance ont toutes bénéficié d’une riposte conformément aux directives en la matière. En 2017 nous avons bénéficié du renouvellement à 100% de la chaine de froid avec l’installation de réfrigérateurs solaires dans tous les CSCom fonctionnels de la région grâce à l’appui de l’Etat et des partenaires techniques et financiers ; cela va booster certainement les indicateurs et alléger les ASACO par rapport à l’achat de pétrole.  Nous avons aussi organisé des campagnes de masse contre la rougeole, la méningite, la poliomyélite et le tétanos avec l’appui des partenaires, nous avons toujours atteint ou dépassé les objectifs fixés. Je profite de l’occasion pour les remercier sincèrement de leur accompagnement constant.

NYELENI Magazine : Que pensez-vous du fait qu’il y a moins de femmes dans les sciences ?

Dr Najim Oura Diallo : Les femmes dans la science, je pense que c’est pareil dans tous les domaines mais la tendance est aujourd’hui autre. Il y a de plus en plus de femmes dans tous les domaines. La sous représentativité des femmes était due à plusieurs facteurs notamment la non scolarisation des filles, la déperdition scolaire avant de passer au DEF, les traditions… Ce n’était pas facile mais les choses ont tendance à changer dans la dernière décennie et pour preuve, au dernier recrutement des agents de santé, il y avait plus de femmes que d’hommes. Les femmes doivent accepter de jouer leur rôle au même titre que les hommes et accepter d’aller servir partout où le pays a besoin d’elles. Elles doivent bénéficier du soutien et de l’accompagnement de leur mari pour se faire. C’est mon opinion. Les sciences étaient craintes pour les femmes et elles tendent plus vers les matières littéraires mais cela a changé aujourd’hui. Nous avons les mêmes prédispositions biologiques que les hommes donc il ne doit pas y avoir de différence je pense.

NYELENI Magazine : Votre mot de la fin c’est :

Dr Najim Oura Diallo : D’abord des remerciements à vous pour tout ce que vous faites pour la promotion de la gente féminine, aux fidèles lecteurs et lectrices de votre journal Ensuite je lance un appel à tous les hommes afin qu’ils acceptent que les femmes travaillent « librement » pour favoriser le développement de notre chère patrie car nous représentons plus de la moitié de la population Et enfin aux dirigeants de faire confiance aux femmes en leurs accordant plus de place de responsabilité. C’est avec beaucoup de bonheur que nous avons répondu à vos questions et nous restons entièrement à votre disposition à toute autre occasion.

Merci du fond du cœur.

Mady TOUNKARA

2 thoughts on “DR NAJIM OURA DIALLO, Directrice Régionale de la Santé de Koulikoro

  1. Pour moi tu as été vraiment un Médecin chef exemplaire à Mopti en temps de crise. Ceux et celles qui ne te connaissent pas surtout les partenaires pensent que tu es compliquée alors que rien. Tu es la personne la plus simple que j’ai connu comme partenaire. Longue vie à toi et à ton mari qui est aussi un bon procureur

  2. Félicitations à cette cheffe au ton conciliant, brillante manager elle a su rapidement se fondre et prendre la direction de ce décor particulier qu’est de gérer une région qui englobe la capitale. tous nos voeux les meilleurs vous accompagnent. Évidemment en bon peulhe concilier foyer et boulot est une équation facile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *