PARTICIPATION DES FEMMES AU CYCLE ELECTORAL: LA PRESSE POUR FAIRE CHANGER LES MENTALITES

La campagne électorale pour les présidentielles 2018 a été lancée le samedi 7 juillet. 48 heures avant ledit lancement, le Ministère de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille en partenariat avec ONU Femmes, a organisé un déjeuner de presse au Centre Aoua Kéïta. L’objet de la rencontre était la présentation de la stratégie de participation des femmes au cycle électoral 2018 et une meilleure implication des journalistes dans la couverture médiatique des élections.

Dans la grande case du Centre National de Documentation et d’Information sur la Femme et l’Enfant (CNDIFE), près d’une vingtaine de journalistes ont répondu présents à l’appel du Ministère de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille (MPFEF) et ONU Femmes. La cérémonie a commencé par la présentation par le Secrétaire général du MPFEF,  de la stratégie du ministère pour une meilleure participation des femmes au processus électoral. Une stratégie qui va du renforcement des capacités à la participation effective à la gouvernance.

En rencontrant les journalistes, la ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Oumou Touré a souhaité trouver en eux, des alliés stratégiques pour le traitement de l’information juste sur tous les candidats pendant le processus électoral. Surtout une meilleure compréhension dudit processus par les journalistes eux-mêmes, afin qu’ils puissent relayer l’information.

Après la présentation de la stratégie, il y a eu une série de questions réponses dont une, sur l’appui apporté à la seule femme en lice pour les présidentielles. Pour la Ministre, « elle n’a pas encore fait le pas vers l’institution ». La ministre a surtout invité les femmes à ne pas « se laisser influencer par les questions de genre, mais de voter pour un projet de société qui fait avancer les femmes ».

La Secrétaire générale adjointe de l’Envoyé spécial du SG des Nations Unies au Mali et Coordinatrice résidente, Mme Baranga Gasarangwe a conseillé « Que les journalistes positivent les actions menées par les femmes dans les communautés sur le plan de la consolidation de la paix et de la cohésion sociale ».

Aoua Djiré de ONU Femme, a déploré le fait que les journalistes pensent que les femmes candidates sont souvent incompétentes, méconnues, pour elle « il y a des hommes incompétents un peu partout dans les institutions, il y a même des méconnus sur le plan politique et qui sont en lice pour les présidentielles ? Pourquoi, se sont toujours les femmes qu’on dénigre ? Il faut que cela change » a t-elle dit.

Pour la représentante du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, la Conseillère Fata Maïga, elle a donné les clarifications nécessaire sur le travail de son ministère en période électorale et surtout invité la presse à participer aux activités du centre d’information crée à cet effet.

A noter que, selon ONU Femmes, la sous- représentation des femmes est un dénominateur commun à tous les régimes du Mali depuis l’indépendance. Elle a, cependant, connu un léger mieux à partir des législatives de 1997: 18 femmes sur 147 (de 1997 à 2002), 15 femmes (de 2002 à 2013) soit 10%, 14 femmes lors des élections de 2013 soit 9,5%.

Lors de la dernière élection présidentielle en 2013, au premier tour 51% et au second tour 53% des votants étaient des femmes. Au-delà de la mobilisation des femmes en tant citoyennes et électrices, dans les conseils communaux, la progression de la représentation féminine dans les conseils communaux reste faible. En 1997/99, on dénombrait 418 (3,88%) ; en 2004, 701 (6,50%) et en 2009, 934 femmes (8,66%).

Les communales de 2016 peuvent être considérées comme un tournant pour les femmes dans la vie politique malienne. En effet, la loi n°052/2015 du 18 décembre 2015 portant promotion du genre dans les fonctions électives et nominatives du Mali a permis en 2009, de multiplier par trois (de 934 à 2 866 élues sur 10 772) le nombre de conseillères municipales.

Maïmouna TRAORE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *