MORTALITE MATERNELLE ET INFANTILE

DR Mamadou Salia Traoré est gynécologue obstétricien chargé de recherche au Centre hospitalier universitaire de l’hôpital du point G. Nous l’avons rencontré pour parler de la mortalité maternelle et infantile.

Dr Salia Traoré

NYELENI Magazine : C’est quoi la mortalité maternelle et infantile ?

Dr Salia Traoré : La mortalité maternelle est le décès qui survient chez une femme enceinte ou des suites de couche dans les 42 jours qui suivent l’accouchement. Pour mieux préciser les choses, il s’agit du décès non fortuit. Pour ce qui est de la mortalité infantile, il faut bien mettre les choses dans leur contexte, il y a d’abord la mortalité néonatale et la mortalité infantile, c’est un peu diffèrent. La mortalité néonatale est la mortalité qui a trait aux complications de l’accouchement, par contre la mortalité infantile c’est tout décès qui survient chez un enfant de plus de 28 jours de vie.

NYELENI Magazine : Quelles sont les causes de ces décès ?

Dr Salia Traoré: Les décès maternels et infantiles, le plus souvent, comme c’est connu dans le monde, la première des causes c’est d’abord l’hémorragie, le saignement qui survient pendant la grossesse ou bien qu’il s’agit du saignement qui survient pendant l’accouchement ou même après l’accouchement. C’est la première cause de décès maternel dans le monde, il y a d’autres causes de décès, notamment le décès en rapport le plus souvent avec l’hypertension artérielle qui de plus en plus, complique la majeure partie des grossesses. Et les complications de l’hypertension viennent le plus souvent au deuxième rang de la mortalité maternelle. A côté de ces grandes causes il y a d’autres causes qui sont liées notamment au paludisme et aux autres infections qui peuvent survenir pendant la grossesse.

NYELENI Magazine : Son taux est aussi un indicateur de développement ?

Dr Salia Traoré: La mortalité maternelle et infantile est l’un des indicateurs majeurs de développement d’un pays. Au Mali, il y a la Direction nationale de la santé qui a effectivement différentes divisions en son sein et notamment la division santé de la reproduction, qui s’occupe de tout ce qui a trait à ce sujet. Au niveau de cette unité il y a pratiquement des compilations de toutes les données par rapport aux décès maternelles mais à côté de ça il faut dire aussi que dans tous les centres de santé ou hôpitaux. Il y a aussi un système d’information sanitaire qui permet effectivement de répertorier tous ces cas de décès et de les faire remonter au niveau national. Au Mali présentement, nous avons de mauvais indicateurs de décès, tant du côté maternel qu’infantile parce que, nous avons des chiffres qui sont assez exorbitants auxquels il faut encore vraiment travailler pour que ce taux chute, le maximum possible.

NYELENI Magazine : Avez-vous un appel à lancer à l’endroit des personnels soignants et aux autorités ?

Dr Salia Traoré : Ma première interpellation va à l’endroit des personnels soignants, de travailler selon les normes de procédures, de respecter les normes et procédures par rapport à la santé de la reproduction. Il y a eu beaucoup de formations dans ce domaine, mais malheureusement, les chiffres restent encore élevés par rapport à ces taux de décès. Il faut reconnaitre aussi que le gouvernement fait de gros efforts, j’ai dit tantôt, qu’il y a eu beaucoup de formations dans ce domaine, donc c’est à l’initiative du gouvernement. Il faudrait aussi préciser qu’il y a encore des structures qui ne bénéficient pas de certains soins encore, notamment, pour ce qui est du cas de point G, nous avons un service de maternité mais nous n’avons pas de service de néonatologie, nous n’avons pas de service de pédiatrie, alors que ces services sont indissociables. Il faudrait dans le temps, qu’on essaye de voir dans quelle mesure, on peut effectivement rapprocher plus les soins néonataux et les soins infantiles ou les soins de maternité dans ces différentes structures.

Mamadou Gagny Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *