Mme Touré Coumba Diawara, présidente de la Fondation ADA

« Je m’attèle à contribuer à l’amélioration de la vie des populations vulnérables en particulier les femmes et les enfants à travers ma Fondation ADA » dixit Mme Touré Coumba Diawara

 La Fondation Appui au Développement durable en Afrique (Advanced Development for Africa (ADA)) notre compatriote Mme Touré Coumba Diawara en est la présidente. Elle mène des actions un peu partout à travers le continent, nous l’avons rencontré pour vous.

NYELENI Magazine: Qu’est ce qui vous a poussé à créer la Fondation ADA ?

Mme Touré Coumba Diawara : On constate que près de 300.000 décès maternels sont enregistrés chaque année dans le monde par l’Organisation Mondiale de la Santé, essentiellement en Afrique Subsaharienne. Combien d’enfants n’ont pas accès à l’éducation et au minimum pour survivre ? Combien de femmes souffrent de maltraitance et vivent dans des conditions insoutenables. Nous devons tous avoir une prise de conscience et essayer d’apporter notre modeste contribution à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (des Nations Unies). Pour ma part j’ai créé la Fondation ADA pour apporter des solutions innovatrices avec l’appui des technologies de l’information pour faire face à certains de ces défis.

NYELENI Magazine: Quels sont les objectifs de la Fondation ADA ?

Mme Touré Coumba Diawara : ADA est une  Organisation panafricaine qui aspire à contribuer au développement et à l’atteinte des objectifs du Millénaire en Afrique. Ces objectifs peuvent être atteints en renforçant les méthodes traditionnelles avec des solutions innovatrices qui vont combiner les nouvelles technologies, le renforcement des capacités et des partenariats solides ainsi que la tenue de Forum de débats sur la santé, l’éducation et l’autonomisation des femmes.

NYELENI Magazine: Quelles sont les actions menées par la Fondation en Afrique et en particulier au Mali ?

Mme Touré Coumba Diawara : Depuis sa création en 2010, la Fondation a tissé des partenariats avec les acteurs clés du développement qui partagent les mêmes objectifs. On s’appuie beaucoup sur les entités locales existantes pour mener nos actions sur le terrain.  C’est ce qui nous a permis d’introduire le projet Zero Mothers Die (ZMD), c’est à dire « Zéro décès à la naissance » au Ghana en partenariat avec l’ONUSIDA et le Ministère de la Santé; et au Nigeria en partenariat avec Traffina Foundation. Au Mali, nous avons entamé des consultations avec la Direction nationale de la santé (DNS) pour adapter le projet et l’intégrer dans la politique de santé nationale.

Le projet (ZMD) dont la stratégie de lutte contre la mortalité maternelle et infanto-juvénile est basée sur l’usage de la téléphonie mobile, cadre parfaitement avec l‘objectif du second plan stratégique de la santé de la reproduction. Dans ledit projet, des téléphones mobiles seront gratuitement offerts aux mères les plus démunies dans les communautés rurales pour communiquer avec les professionnels de la santé pour leur sensibilisation et de leur orientation en matière de santé de la reproduction. Chaque mois 30 minutes de communication leur sont fournies pour échanger avec les professionnels de la santé dans le cadre de la gestion de leur grossesse, leur état nutritionnel et leur hygiène de vie.

L’originalité de ce projet réside dans l’accès simple et rapide des bénéficiaires à des informations médicales fiables et de qualité sans se déplacer au niveau des centres de santé. L’usage de la téléphonie mobile dans le domaine médical permet non seulement de gagner du temps dans la gestion des problèmes de santé, mais aussi de garder l’anonymat et la confidentialité.

NYELENI Magazine : Le rôle du projet ZMD par rapport aux initiatives déjà en place ?

Mme Touré Coumba Diawara : Le projet ZMD sera complémentaire des initiatives déjà existantes en cours au Mali, tel que l’initiative « rappel calendrier vaccinal » du Ministère de la santé en collaboration avec ANTIM et la Fondation Orange Mali.

En conclusion, le projet « Zero Mothers Die » est une stratégie innovante qui, avec les outils en place pourra servir dans la résolution de pas mal de problèmes sanitaires au niveau des communautés démunies loin des centres de santé.

Le deuxième axe de notre programme est l’appui à l’éducation nationale avec l’introduction de l’informatique. Nous avons ainsi pu installer et équiper 5 centres informatiques dans les écoles publiques de Médina Coura, Banankabougou, Mamadou Konate, Hamdallaye et le Centre DANAYA de Niamacoro.

Dans le souci d’améliorer la vie des communautés rurales, nous avons aussi fait un forage dans le village de Banankoro et fourni du matériel médical à 3 centres de santé dans le Mandé ; ainsi le village de Samaya, Samaniana et Kouremale en ont bénéficié.

NYELENI Magazine: Parlez nous du Forum annuel des femmes leaders de New York.

Mme Touré Coumba Diawara : Le premier Forum a eu lieu à New York en Septembre 2010 en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Ce Forum constitue une plateforme de discussion autour des questions liées aux objectifs du Développement  des Nations Unies, entre autres, l’éducation pour tous, l’amélioration de la santé maternelle et infantile, la promotion de la femme et des jeunes.

A ce forum participent plusieurs Premières Dames du monde entier, les acteurs politiques, la société civile, les représentants du secteur privé et publiques.

NYELENI Magazine: Peut on connaître les secteurs spécifiques qui peuvent bénéficier de votre appui ?

Mme Touré Coumba Diawara : Comme je l’ai déjà mentionné au début , nous appuyons le secteur de l’éducation, la santé maternelle et infantile et les projets économiques portés par les femmes.

NYELENI Magazine: Comment faites vous pour concilier activités professionnelles et vie de famille ?

Mme Touré Coumba Diawara : Cela demande un grand sacrifice et un sens de l’organisation. J’ai aussi l’avantage que mes enfants sont tous à l’âge adulte ce qui me laisse plein de temps pour m’occuper de mes activités. Depuis je m’attèle à contribuer à l’amélioration de la vie des populations vulnérables en particulier les femmes et les enfants à travers ma Fondation ADA

NYELENI Magazine: Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Mme Touré Coumba Diawara : Il y’a toujours beaucoup de défis à surmonter, notamment l’accès aux fonds avec les bailleurs ; mais je mets aussi beaucoup de mes fonds propres pour la plupart des projets.

La deuxième difficulté c’est de faire accepter le projet par les acteurs nationaux, ceci en particulier en ce qui concerne le projet de santé ZMD qui devait être intégré dans le programme national de santé.

NYELENI Magazine: Qui sont les donateurs de ADA ?

Mme Touré Coumba Diawara : Au départ on a reçu pas mal de soutien de la part du secteur privé, notamment dans le domaine des TIC. J’aimerai remercier Huawei et Airtel pour leur soutien financier. Nous avons aussi reçu des dons en matériels de la Corée du Sud ainsi que des bourses de formation pour les jeunes au Mali.

NYELENI Magazine: Avez vous des propositions concrètes à faire pour une meilleure prise en compte du genre dans l’appui que vous apportez aux populations ?

Mme Touré Coumba Diawara : J’aimerai réitérer que la femme occupe une place très importante dans notre société en tant que mère, éducatrice et soutien inconditionnel pour le développement économique et social de nos communautés. Pour lui faciliter ce rôle, il est important de l’aider à être autonome en lui accordant une formation ciblée dans le domaine qu’elle aura choisi et aussi lui permettre l’accès au microcrédit. Ainsi elle pourra s’assurer de la scolarité de ses enfants, de leur bonne santé et du bien être de toute la famille.

Propos recueillis par Maïmouna TRAORE

Photo site ADA

7 thoughts on “Mme Touré Coumba Diawara, présidente de la Fondation ADA

  1. je pris que Dieu vous donne plus de moyen pour que cette fondation a y de l’avant.Car l’Afrique a besoin des genres de femme comme vous Mm Touré

  2. Je suis très content du courage de Mme Touré. Ces réalisations sont importantes et sont à encourager vivement.
    Je souhaite à la fondation bon vent.
    Aussi, si possible, comment les contacter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *