LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET AUX FILLES: Jiji Mariam Koné se lance dans le combat

Jiji Mariam Koné est une jeune fille ambitieuse, activiste, animatrice radio, chroniqueuse télé et entrepreneure. Elle s’est lancée dans la lutte contre les violences faites aux femmes et filles depuis 2015. Dans l’interview qu’elle nous a accordé, elle parle de son combat. Suivez.

Jiji Mariam Koné

NYELENI Magazine: Que pensez-vous de la violence basée sur le genre ?

Jiji Mariam Koné : je pense que c’est un phénomène assez grave, c’est un problème aujourd’hui, de société qui fait des victimes, des orphelins. Des femmes meurent sous des coups de couteaux, franchement, je pense que c’est assez grave, vu que la vie est chère et précieuse. On ne peut pas laisser des femmes mourir dans la société sous des coups de poignard, je pense qu’il faut en parler. Sans femme en vie il n’y a pas de naissance, la femme c’est la mère.

NYELENI Magazine: Qu’est ce qui vous a poussé à prendre l’initiative de lutter contre les violences faites aux femmes et filles ?

Jiji Mariam Koné : Moi je suis une femme, une jeune fille, je pense que c’est une obligation pour moi en tant que femme, je dois défendre ma cause, apporter quelques choses à ma société, je dois exister pour ma société. J’ai décidé de lutter contre les violences, parce que j’ai remarqué, je le vois au tour de moi des femmes qui souffrent de violence conjugale. Et à chaque fois, que j’attends ce drame, j’ai mal au fond de moi et du coup, j’ai pris l’initiative de lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles.

NYELENI Magazine: Qu’elle est l’objectif de votre lutte ?

Jiji Mariam Koné : Ma lutte, c’est d’amener les femmes à briser d’abord le silence, faire en sorte que les violences conjugales cessent au Mali, en Afrique et dans le monde. Mon souhait est que les violences prennent fin. Les victimes de violences souffrent de plusieurs manières, que ce soit verbale, physique ou psychologique. On se fait manipuler, on se fait agresser franchement c’est horrible, c’est triste, alors mon objectif c’est de faire en sorte que les violences cessent, c’est mon rêve tant que je vis, tant que j’existe, je vais continuer à me battre. Et faire en sorte que le taux de violences diminue et qu’on mette fin à cela au Mali.

NYELENI Magazine: Quelles sont les activités déjà menées dans le cadre de votre lutte contre ce phénomène ?

Jiji Mariam Koné : D’abord j’ai commencé avec la radio, là-bas je sensibilise, parce que je sais que la radio est écoutée, je demande aux femmes de briser le silence, je demande aux hommes d’arrêter de violenter les femmes, de vivre en harmonie et sans violence, j’utilise aussi les réseaux sociaux. J’ai décidé de rentrer en studio et de rendre hommage à Mariam Diallo qui a été victime de violence conjugale. Je dédie cela à toutes les femmes victimes de la violence, mais spécialement à Mariam Diallo qui avait reçu eu 37 coups de couteaux en 2015 de son mari. Alors j’ai lancé un message de sensibilisation en faisant du Slam (une chose que je n’avais jamais faite), mais parce que, je voulais m’exprimer j’avais de la rage au cœur. J’ai demandé à des connaissances, des personnalités comme je fais du Showbiz, de faire une vidéo en disant stop aux violences faites aux femmes. Et voilà pour le moment se sont les activités que j’ai menées.

NYELENI Magazine: Quelles solutions pour mieux sensibiliser les jeunes?

Jiji Mariam Koné : La solution pour moi, c’est de sensibiliser les gens, de mettre des moyens en place pour faire des meetings, organiser des ateliers de formation pour les jeunes, aller dans les établissements scolaires, en parler sur les lieux publics, sur les réseaux sociaux, à la radio, à la télévision, alors la solution, c’est d’en parler.

NYELENI Magazine: Quel message avez-vous à donner aux lecteurs ?

Jiji Mariam Koné : Moi, je demande à tout le monde de semer l’amour, parce que l’amour c’est la base, c’est le centre de tout. Sans l’amour il n’y a de paix, il n’y a pas de vie, il n’y a pas de famille. Quand on parle de ménage, de violence conjugale, je pense que tout à commencer avec l’amour. C’est parce qu’on s’est aimé que nous sommes en couple. Alors moi je demande aux gens de s’aimer, de s’aimer sincèrement dans l’amour. Je demande à tous, de briser le silence face aux violences conjugales, parce que nous sommes tous concernés, ne nous disons pas qu’on a jamais été frappé par un homme, donc ce n’est pas mon problème. Quand une femme est touchée, c’est toute une famille, une Nation qui est touchée. Ensemble nous pouvons tous lutter contre la violence et nous pouvons en parler, car il y a plusieurs façons de lutter, nous pouvons en parler aussi sur les réseaux sociaux. Je demande aux ONG de renforcer encore leurs lutte, d’aider encore ces femmes qui souffrent dans leur foyer, qui sont violentées par leur mari, de mettre en place des activités. Je demande aussi à l’Etat d’aider ces femmes là, on est fatigué car des femmes meurent chaque jour, chaque mois, chaque année, il faut que cela cesse.

Ramatoulaye Diakité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *