Si l’histoire de la Knesset m’était contée

Après une symbolique et émouvante visite au Yad Vashem ou «Musée pour la Mémoire de l’Holocauste» (la Shoah qui est l’extermination systématique par l’Allemagne nazie, entre cinq et six millions de Juifs, soit les deux tiers des Juifs d’Europe et environ 40 % des Juifs du monde, pendant la seconde guerre mondiale), nous avons bouclé la première journée de notre séjour en Israël (3-8 juin 2018) par la Knesset ( le parlement Israélien).

Moussa BOLLY avec la plus jeune députée de la Knesset Sharren Haskel

Sur place, nous avons longuement échangé avec Sharren Haskel une très jeune, mais très engagée députée du Likoud (droite) de Benjamin Netanyahou. Très puissante dans un pays au régime parlementaire, cette institution compte 120 élus dont 34 femmes. Ayant remporté les dernières élections générales avec 30 sièges, le Likoud a été contraint à nouer des alliances pour former le gouvernement. Ce jeu d’alliance explique souvent le recul sur des dossiers sensibles comme le processus de paix avec la Palestine. La Knesset (littéralement assemblée) est le parlement monocaméral de l’Etat d’Israël siégeant à Jérusalem. Les députés sont élus pour un mandat de quatre ans. Depuis sa création, en 1949, sur les 19 chambres élues, 12 ont été dissoutes.

La Knesset s’est réunie pour la première fois le 14 février 1949, succédant à l’Asefat Ha-nivharim, l’Assemblée nationale juive pendant le mandat britannique en Palestine et au Conseil du peuple de 37 députés (Mo’etzet Ha’am) devenu ensuite le Conseil provisoire d’Etat qui avait exercé ses fonctions pendant la guerre d’indépendance de 1948 à 1949. Pendant la guerre israélo-arabe de 48-49, les séances du Conseil Provisoire d’État se déroulaient à Tel Aviv  dans l’édifice du Keren, puis à la Primature dans la Kiriyia (l’ancienne colonie allemande Sarona), aussi bien au siège du Musée de Tel Aviv (Maison de dizengof).

Par la suite, la Knesset s’est réunie au siège de l’Agence juive, puis à Tel Aviv au cinéma Kessem et à l’hôtel «San Remo». Et à partir de 1950, le parlement a siégé pendant 16 ans au Beit Froumine, à Jérusalem. En 1973, les élections de la 8è Knesset ont été repoussées en raison de la guerre du Kippour. En mars 2014, le seuil d’éligibilité, pour qu’un parti politique puisse accéder à la Knesset est fixé à 3,25 % des votes aux législatives, contre 2 % auparavant. Cette mesure vise à éviter une diversité politique improductive.

Lors des élections législatives de 2015, sur les 120 sièges de la 20è Knesset, 13 sont revenus à des députés arabes israéliens. Certains déclarent vouloir changer la politique de discrimination anti-arabes en Israël. Sur les 34 partis qui ont participé ces élections, dix sont représentés aujourd’hui au Parlement. Le bâtiment qui abrite aujourd’hui la Knesset dans le quartier de Givat Ram est situé non loin de la Bibliothèque nationale juive et universitaire ainsi que des édifices du gouvernement. La construction de l’édifice (œuvre de l’architecte Josef Klarwein) a été financée en 1948 par James Armand de Rothschild (fils aîné d’Edmond de Rothschild) sur un terrain loué au Patriarcat orthodoxe de Jérusalem.

Moussa BOLLY  de retour d’Israël

13 thoughts on “Si l’histoire de la Knesset m’était contée

  1. I think that is one of the most vital information for me. And i’m happy studying your article.

    However wanna observation on few normal issues, The web site style is wonderful, the articles is actually excellent : D.
    Excellent task, cheers

  2. Exceptional post but I was wanting to know if you could write a
    litte more on this subject? I’d be very grateful if you could
    elaborate a little bit further. Thank you!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *