DEUX FEMMES SUR LA LISTE DES CANDIDATS AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES DE JUILLET 2018

Dans un mois et six jours, les maliens se rendront aux urnes pour élire un nouveau président de la République. Pour la première fois deux maliennes se déclarent candidates aux élections présidentielles et elles sont inconnues de la scène politique.  Mme Kanté se présente comme candidate indépendante,  Mme Rakia est sous la bannière de l’AFP-Mali (Alliances de Forces Politiques du Mali). L’une est à Bamako, Mme Kanté Djénéba N’Diaye et l’autre à Paris, Mme Ganfoud Rakia Alphadi. Si Mme Kanté Djénéba N’Diaye est confiante, Mme Ganfoud Rakia Alphadi quant à elle demande un report de trois mois au moins de la date de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Du coup, ces candidatures féminines marquent à la fois le triomphe de la démocratie et aussi la reconnaissance du rôle des femmes dans la vie politique.

 Kanté Djénèba N’Diaye dite Djébou, Femme d’Affaires

Samedi passé, dans son quartier général à Lafiabougou, elle a déclaré sa candidature à la course de Koulouba et compte sur le soutien de ses sœurs dont le rôle reste très important dans les élections et aussi  sur plusieurs associations et mouvements qui ont manifesté leurs désirs de soutien en sa faveur (plus d’une soixantaine). «Je saisis cette occasion pour informer tous les Maliens et Maliennes que je suis candidate à l’élection présidentielle du 29 juillet prochain ». Elle a affirmé à l’AFP « Je suis candidate parce que je suis révoltée. Parce que je vois que les hommes qui sont là comme candidats sont en train de faire des histoires. Ils ne pensent qu’à eux-mêmes. Ils ne pensent pas au pays ».

Femme d’Affaires, née en 1963, elle réside à Bamako, elle a travaillé un moment en Centrafrique avant de rentrer travailler dans l’immobilier. Elle est consciente que les femmes sont aptes à gérer le pays tout comme les hommes, elle a invité l’ensemble des citoyens à accompagner sa candidature et à soutenir sa volonté pour le scrutin de juillet 2018. A l’en croire, cette élection qui doit se tenir dans moins de deux mois, donne le rendez-vous avec la démocratie marquant l’expression de la volonté populaire par la voie des urnes.

Mme Ganfoud Rakia Alphadi, Présidente Directrice générale de la Société BATIM-ECOLO-ISOTHERME

Née en 1973 à Tombouctou, Mme Ganfoud Rakia Alphadi réside à Paris et s’apprête à rentrer au pays pour apporter des solutions aux problèmes du grand Mali. Mme Raki, veut un Mali nouveau. Pour cela, elle veut faire travailler tous les fils et filles à travers l’égalité et l’équité du genre. Mais, problème, elle n’est pas d’accord avec les règles établies pour les élections prochaines. En tant que candidate, elle demande un report de trois mois au moins de la date de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

Ses raisons : L’illégalité des candidatures validées grâce à des méthodes mafieuses; L’anti constitutionnalité de la loi qui organise l’élection; Le risque d’amplification de la corruption; Les préjudices que lui causerait l’organisation de cette élection, car elle refuse d’acheter des signatures pour valider sa candidature. Pour cela, elle dit avoir adresser un courrier à la présidente de la cour constitutionnelle avec copie au Président de la République.

 En suivant sa logique, voilà les deux candidats qui resteront après élimination des candidats ayant acheté des signatures.

Sachant que toute personne qui a un casier judiciaire et qui a enfreint la loi ne peut être candidat à une élection présidentielle,

Sachant que la loi punit toute personne qui utilise la corruption pour atteindre un but illégalement,

Sachant que compte tenu du fait que le RPM et l’ADEMA qui sont alliés, détiennent presque tous les députés de l’Assemblée Nationale du Mali, il ne reste plus que les conseillers communaux pour obtenir des signatures afin d’être qualifié comme candidat,

Sachant que la loi électorale dispose qu’il faut pour valider toute candidature, 5 signatures de conseillers municipaux au moins par région il est quasiment sûr qu’il y a au moins une signature achetée, parmi les lots des signatures acquises par les candidats autre que celui du RPM,

Sachant qu’il appartient à chaque candidat qui dépose son dossier de candidature de démontrer que les signatures de parrainage n’ont pas été achetées et qu’elles sont légales,

Sachant que toute personne qui présente des signatures dont au moins une, est illégale, a commis un acte CRIMINEL qui devrait être inscrit dans son casier judiciaire,

EN CONSEQUENCE, tous les candidats ayant acheté des signatures étant éliminés, seuls restent légitimes le candidat n’ayant pas besoin d’acheter des signatures de parrainage et Mme Rakia ALPHADI qui a refusé d’acheter des signatures de parrainages

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *